4 févr. 2019

L'amarante a tout bon

L'amarante queue de renard, source Wiki

Connaissez-vous l'amarante ? Cette graine que l'on assimile aux céréales (mais qui n'en est pas une) et que l'on présente comme une petite cousine du quinoa s'épanouit comme lui, en Amérique du Sud. On peut manger ses feuilles, mais ce sont surtout ses minuscules graines qui nous intéressent ici.

L'amarante est riche en lysine (un acide aminé qui contribue à la croissance des os, à la formation du collagène et des anticorps) et en protéines (elle contient 13 à 16% de protéines, un joli score). Elle est aussi pleine de fer, de magnésium, de potassium et de zinc. Bref, c'est l'ami des végétariens !
Bonne nouvelle pour les intolérants : elle ne contient pas non plus de gluten.

On peut la manger crue, soufflée (comme du pop corn), mais aussi cuite, en dessert, sous forme de biscuits... sucrée ou salée. On peut aussi la faire germer.

Ajoutée à une soupe ou à un gratin, elle apporte un petit croquant très agréable, un goût doux noiseté disent certains. Dans les gâteaux, vous pouvez l'utiliser pour compléter une farine habituelle.

Pour la faire cuire : dans une casserole, ajouter l'amarante 1,5 à 2 fois son volume d'eau (en ajouter au besoin au cours de la cuisson), pendant une trentaine de minutes, à feu moyen puis doux. Et à vous de jouer !

Ps : l'amarante se trouve dans toutes les bonnes enseignes bio.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire