12 janv. 2015

On aime : La Recyclerie


L'ancienne gare Ornano, Paris 18è
Réhabiliter une ancienne gare abandonnée et en faire un lieu de vie et d'échange engagé, original, dans un quartier pas particulièrement réputé pour sa douceur de vivre ? Pas évident et pourtant pari tenu, respect : rendez vous à La Recyclerie, non loin de la Porte de Clignancourt, où, depuis l'été dernier, on aime bien se retrouver. La ville de Paris a soutenu cette initiative, un appel au don original a aussi été mis en place (type kiss bank bank) proposant aux plus généreux d'avoir leur portrait en bonne place dans le hall d'entrée, se voir chanter une chanson de bienvenue...


Le concept ? Un lieu solidaire, alternatif, un lieu de partage et de création répondant au principe des 3 R chers à SUNDAY MONING : recycler-réduire-réutiliser. A l'heure de l'ère de l'obsolescence programmée qui nous fait tant horreur, surconsommation et autres excès, forcément, ça nous parle... On y trouve quoi ? Tout d'abord un bel endroit, de multiples espaces (la salle des pas perdus avec sa magnifique baie vitrée qui donne sur la voie ferrée, la consigne, la terrasse, le jardin...), ainsi qu'une déco éclectique réussie (tout, absolument tout a été récupéré ici et là).
Il s'y passe quoi ? Préparez vous à tomber sur une véritable ruche : de multiples ateliers d.i.y. (programme ici, on apprend même à réparer son vélo), une chèvre, des poules, un potager,  de la verdure à gogo au bord des anciennes voies, un coin bricolage (l'Atelier de René : conseils avisés et outils à emprunter), un marché bio, un bar, un resto sympathique, des foodtrucks de temps autres, des marchés éphémères aussi.

La salle des pas perdus investie par le restaurant
L'atelier de René
L'accès aux voies




Le jardin
On aime : l'espace - original, la philosophie des lieux - écolo et responsable, le côté chaleureux, créatif et décalé -  on se croirait un peu à Berlin ou à Barcelone, la douceur de vivre qui y règne, le talent des cuistots, le parti pris de la débrouille participative et l'esprit d'aventure des quatre gérants à l'initiative du projet.

On peut aussi en profiter pour faire un saut de l'autre côté des voies, et visiter les jardins collectifs du voisinage. Un système communautaire qui a l'air de fonctionner, avec des allures de havre de paix déserté ces derniers temps (il fait froid, non sans déc') mais très fréquenté à la belle saison. En serez vous ? Nous pas de doute c'est un oui  enthousiaste !




Photos : Marie Gruel / Simon Guillemin sur le site de la Recyclerie, SUNDAY MORNING,
Lucie de la Herronière.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire