13 sept. 2017

Pratiquez-vous "Too Good To Go" ?

 
On a souvent parlé de gaspi ici. Laure nous avait présenté  les frigidaires solidaires berlinois (ouverts depuis à Paris). On essaie d'appliquer les règles du zéro déchet quand c'est possible, on essaie de faire au mieux en bonnes élèves citoyennes ;-)

La consommation raisonnable est dans l'air du temps, à la mode même, et tant mieux. Du moment qu'elle n'est pas contrainte et forcée, tout va bien. En plus, ça donne plein d'idées aux jeunes entrepreneurs. Une appli a ainsi vu le jour en juin dernier pour lutter contre le gaspillage alimentaire (10 millions de tonnes d’aliments jetées chaque année en France !). Too Good To Go, créé par la jeune Française Lucie Basch, permet aux commerçants d'écouler leurs invendus et aux clients d'en profiter. Fondée au Danemark en novembre 2015, la start up a connu un joli succès et s'est propagée en Norvège, Angleterre, en Suisse, en Allemagne et enfin en France. Aujourd'hui très présente à Paris et Lille, elle s'installe doucement dans d'autres villes françaises.
Nanashi vs Too Good To Go

Le mode de fonctionnement est tout simple. Après avoir téléchargé l'application sur Android ou l'App Store, on créé un identifiant, on se géolocalise pour repérer un commerçant près de chez soi. On passe commande et on paie en ligne. Puis on va chercher son repas (en présentant son reçu) à l'heure fixée par le vendeur.
Autour de chez moi, j'ai ainsi pu constater que le plat du jour de l'hôtel Mercure (3,50 €), un lot surprise de la boulangerie Delmontel (4 €), des surprises de LaRecyclerie (2 €)... Dommage, ils étaient déjà tous réservés !
On peut aussi choisir de faire un don de 2 € via l'application. « Grâce à ces dons, nous organisons régulièrement une collecte chez des commerçants partenaires pour redistribuer ces invendus à des sans-abris», expliquait la fondatrice Lucie Basch à 20 Minutes.
On tentera de nouveau notre chance, en espérant que les bonnes tables près de chez nous auront l'idée de s'y inscrire !



Toute l'équipe de Too Good To Go et devant à gauche sa fondatrice
(Photos :  Too Good To Go)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire