22 mars 2018

Enfants - Petite histoire à lire au coucher pour ne plus avoir peur du noir



Votre petit dernier a peur du noir ? A tendance à cauchemarder ? Etes-vous tout simplement en panne d'une nouvelle petite histoire à lui lire au coucher ? Parmi nos  lectrices - on vous sait nombreuses à écrire - notre chère et fidèle Lucie nous fait partager ce charmant conte, à partager sans modération avec vos petits dès ce soir : 

 

Il était une fois un petit Lucien qui avait peur du noir.
« Peur du noir c’est bon pour les filles » lui disait son père, « tu n’es qu’une mauviette il faut dormir maintenant ! ».
 
Cela rendait Lucien très malheureux car le soir quand venait le moment de se coucher tout seul dans sa chambre, le même cauchemar recommençait. Il avait beau s’enfouir dans son lit au plus profond des couvertures, elles étaient là les créatures de la nuit, elles étaient là, il le savait. 
 
Ce soir là, c’était terrible, sa peur n’avait jamais été aussi intense. Il risqua quand même un tout petit coup d’œil au dessus du drap et sentit qu’un vent aigre s’était levé dans sa chambre. Le vent devint tornade, l’arracha à son lit et le voilà emporté dans un tourbillon hurlant. Il tourna, vira, cul par dessus tête, cela ne semblait pas pouvoir cesser. Puis tout s’arrêta... Il atterrit sans douceur sur un sol fangeux. Noir, noir, il faisait noir, c’était affreux. Oh non, s'il y a quelqu'un dans le coin, sortez-moi de là s’il vous plaît. Enfin une lueur jaune, non deux, deux yeux ! Mais à qui sont-ils ? Une voix se fit entendre. 
 
« Lucien, calme toi, je suis Stella l’araignée, Reine du royaume des Ténèbres. Je ne te veux aucun mal. Tu es arrivé chez moi mais tu dois repartir. Pour cela tu devras suivre seul ta route et affronter tous les habitants de ce lieu sinon il en sera fini de toi. Va, je te retrouverai peut-être à la sortie »
 
Et Lucien partit vers son destin au milieu des caquètements, des grincements, des chuintements. Il rencontra un nid de monstrueux serpents sifflants dont il eut à subir les enroulements visqueux et dégoutants, une colonie de chauves-souris grosses comme des lapins, un régiment de cloportes affamés, grouillants, puants, des créatures inconnues méchantes comme des teignes qui lui donnèrent des coups de bec, des claques monumentales, qui lui hurlèrent aux oreilles des histoires à lui glacer le sang, qui lui enfoncèrent leurs griffes dans sa tendre chair de petit garçon.
 
Puis Lucien ne se reconnut plus. Trop, c’était trop, une énorme colère fit place à son horrible peur. Il donna des coups de pieds, des coups de poings, fonça tête baissée dans du dur, du mou, du gluant. Le combat fut épuisant mais une immense force avait empli le cœur et le corps de Lucien. Puis, plus rien... Haletant, en sang, anéanti, il était sur le sol, se demandant ce qui lui était arrivé. Et dans l’obscurité deux lueurs jaunes, deux yeux pleins de douceur, Stella. « Lucien tu es vainqueur, vainqueur de toi et de tes peurs, je te félicite. Prends cette pierre noire, en son cœur la lumière, le trésor..."
 
Quelle est cette caresse sur mon visage. Maman c’est toi ? Je suis dans mon lit tout cela n’était qu’un cauchemar, quel bonheur ! Pourtant dans la main de Lucien, la pierre noire au cœur de braise...
 
Bonne nuit les petits ! 
N'hésitez pas vous aussi à nous faire part de vos récits. 

(Photo : People images / Getty images)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire