15 juin 2016

Bons baisers de Séville



Envie d'ailleurs, de couleurs, de saveurs (un indice : du gras et de l'huile d'olive...), de chaleur et de bonne humeur ? On vous propose un week end à Séville, vous ne le regretterez pas.

Les low costs ne manquent pas, laissez vous tenter : l'Andalousie est à deux pas et pourtant, le dépaysement est assuré. On adore se retrouver là bas, on commence à bien connaître cette ville formidable, la folie du thermomètre ne nous fait pas peur (remarquez la ruse, pour assurer un peu d'ombre dans la ville, c'est dire si ça tape) . 



C'est justement au plus fort de l'été que la ville se vide de ses touristes (évitez la période de la Semana Santa et de la Feria de Abril) et se laisse découvrir entre torpeur des chaudes journées et longueur des soirées quand la fraîcheur revient.... un peu. On ne se sent pas tout à fait au XXIème siècle quand on se balade à Séville, entre autochtones pomponnés, orangers, ruelles médiévales de l'ancien quartier juif (la juderia), patios rafraîchissants des belles demeures sévillanes, ou majesté des palais arabo-andalous (l'influence arabe est omniprésente et fait de Séville une ville assez unique en son genre : mariage réussi entre art arabo-andalou, gothique, renaissance, baroque et néoclassique). Sans parler des églises à tous les coins de rues, bondieuseries et autres visions toutes Martinparresques auxquelles nous n'avons bien sûr pas résisté...





Les sites touristiques sont regroupés dans le coeur historique de Séville : les incontournables, notre palais préféré, la casa de Pilatos (on a aussi entendu parler de la casa Salinas, mais ce sera pour une prochaine visite), la Cathédrale bien sûr (allez saluer Christophe Colomb qui y gît paisiblement), l'Alcazar, la Giralda et les luxuriants jardins attenants.








Si vous avez un peu de temps et envie de marcher, poussez jusqu'à la Plaza de Toros et son musée de la tauromachie (les arènes les plus anciennes d'Espagne dit-on - et si vous tombez pendant la saison des courses de taureaux - il y a les pour, il y a les contres.... souvenez vous le spectacle sera surtout dans le public).



Un peu excentrée également mais qui vaut le détour histoire d'aller rendre visite à la Sainte Patronne de la ville et ses larmes de diamants, la basilique de la Macarena.


Baladez vous aussi sur les rives du  Guadalquivir et allez manger dans le quartier populaire de  Triana sur l'autre rive (ouvert aussi le soir). Beaucoup plus vaste et fort animé le week end, quand on passe le pont depuis Triana en revenant vers le centre historique, pas loin de la Torre del Oro, arrêtez vous au  marché Lonja del Barranco, une énorme bâtisse abritant une multitude d'étals - restaurants.


Mais Séville se découvre aussi en se perdant dans les ruelles colorées avec la sensation d'être déjà passés par là...plusieurs fois,







avec cette odeur de crottin omniprésente en raison des calèches qui sillonnent la ville.


Vous assisterez sûrement à l'un de ces grands mariages, tous les week ends aux beaux jours, ça vaut le coup d'oeil, la belle andalouse et sa mantille ne passe pas inaperçue.


Séville c'est aussi une certaine douceur de vivre, et des bar à tapas à profusion (bonjour le gras).





Quelques adresses qu'on aime bien et qu'on a pris le temps de tester à plusieurs reprises :

dans le quartier de Santa Cruz (quartier historique) ça s'agite à l'heure de l'apéro - Patio San Eloy (calle San Eloy, 9) Bodega Santa Cruz (calle Rodrigo car, 1) et calle Mateos, foultitude de petits bars ; cherchez aussi le fameux bar Hijos de Morales / casa Morales (plus ancienne bodega de la ville) – calle Garcia de Vinuesa, 11 et prenez votre temps aux alentours  la Plaza El Salvador et San Pedro (idem). On appelle ça ir de tapeos : un verre et quelques tapas ici et puis là même chose un peu plus loin, jusqu'à plus soif et plus faim (végétariens ne tournez pas de l'oeil, on vous recommande les épinards à la sévillane, à base de cumin et de pois chiches, et bien sûr le gazpacho, les autres tentez donc  la queue de taureau en râgout).

Séville c'est aussi l'antre du flamenco. Ne tombez pas dans les pièges des tablaos, spectacles pour touristes mais allez plutôt à la Carboneria que l'on adore, calle Levies n°18, dans le quartier historique. C'est immense (plusieurs espaces), c'est gratuit, allez y tard, mais attention la programmation est aléatoire en fait il n'y a pas vraiment de programmation, c'est selon l'humeur du moment....).


Pour dormir, on vous recommande La Casa Imperial, un ancien palais andalou du XVIème, aux charmants jardinets agrémentés de fontaines, aux galeries arabisantes ombragées. (Grâce à des sites comme booking.com, vous vous en sortirez très bien). A 10 mn du coeur historique, pas facile à trouver mais vraiment agréable.



Un peu de shopping ? Allez vers la calle Serpies où vous trouverez toutes les enseignes à moindre prix. Et si le temps vous le permet, allez vous détendre aux magnifiques bains maures Aire,  calle aire 15 (dans le quartier historique), il faut réserver et ce n'est pas donné mais on ne vous en dit pas plus, quelle expérience.....


On sait pas vous, mais nous on retournera avec grand plaisir à Séville ! D'ici là, si vous avez beaucoup d'imagination, une bonne journée chaude et colorée à tous olé ! 

(Photos : Sunday Morning)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire