24 nov. 2016

Solidaires et Joyeux : Festival des Utopies concrètes et le Sel de Paname



Bonjour à tous. Vous nous savez maintenant particulièrement motivées à l'heure de vous parler des initiatives liées au mieux consommer / moins consommer / vivre mieux (filières courtes, recyclage, initiatives solidaires, Florence est aussi devenue une grande adepte du zéro déchet). Si vous continuez à nous lire, c'est que nous ne vous avons pas perdus en cours de route, et que tout cela vous parle aussi ! C'est au cours d'une balade au bord de l'eau que nous sommes tombées sur ce festival intitulé le Festival des Utopies concrètes qui valait bien la peine qu'on s'y attarde.





La boutique sans argent (dont nous parlions ici), le collectif 3R (réduire, réutiliser, recycler), l'école du compost, l'organisation Miam'iam chez l'habitant, Les P'tites graines, le groupe des Amap..., tout le monde est là, dans la joie et dans la bonne humeur, les zones de gratuité se succèdent et les bénévoles venus fort nombreux défendent leurs projets avec enthousiasme et bonne humeur. 



Mais ce jour là, c'est surtout Le Sel de Paname qui retient notre attention (on en avait entendu parler depuis longtemps sans avoir vraiment creusé le sujet). Cette association composée de selistes (ses membres) vise avant tout à créer du lien social, dans un élan de citoyenneté et de solidarité. Mais Le Sel répond aussi avant tout à un choix de vie, c'est une véritable résistance à un système de consommation dont il s'agit, un peu comme avec toutes les organisations présentes ce jour là sur le Festival des utopies concrètes. Si l'association organise toute sortes d'activités (ateliers, conférences, soirées, jardins partagés...), le concept réside essentiellement dans un système d'échange local, avec une mesure qui lui est propre (le sel) ainsi qu'une monnaie d'échange (les Panames).

On y échange quoi ? Des services, des biens, un savoir, un coup de main. Echange cours d'informatique, de cuisine, d'anglais contre aide à un déménagement, une heure de promenade avec Médor, une série d'ourlets ou un arrosage de plantes en chantonnant. Echange un pied de tomate contre une garde de chat, propose de prêter sa maison de campagne contre des travaux de jardinage, prête sa chambre d'amis contre quelques heures de bricolage, tout devient possible ! L'aventure vous tente ? Le site du Sel de Paname vous explique tout (ici). Il est un peu ringard, on vous l'accorde, les énergies se sont concentrées ailleurs pour rendre cette douce utopie réalité, devenue bien concrète elle aussi depuis de nombreuses années.

On vous laisse avec cette chouette photo qui résume bien cet esprit qui nous séduit et nous enchante. 
Pas vous ? 

Bonne journée à tous.





(Photos : Sunday Morning)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire