28 nov. 2016

La minute sérievore du lundi : This is us. De bons sentiments et du réconfort au programme


Tiens et si on parlait séries ? Envie d'une série réconfortante, pleine de bons sentiments et bien
ficelée ? Ce n'est certes pas forcément notre tasse de thé mais on n'a pas forcément tous les jours envie d'enquiller un Homeland ou un petit Black Mirror. Alors suivez nous, on viens de regarder This is us (et pour une fois c'est une série 2016 dont on parle, si si !). 

C'est l'histoire d'un jeune couple hyper sympa et nous sommes dans les années 80 (madeleine de Proust assurée) : Jack et Rebecca. Ils se promettent un amour flamboyant et pas plan plan pour toujours et toujours (for ever and ever, ça sonne bien mieux en anglais). Et là paf, ils passent de deux.... à cinq.


C'est aussi l'histoire de trois destins à travers une drôle de fratrie qui fête ses 36 ans. Randall, brillant avocat à qui tout semble réussir, Kate, drôle, obèse et un peu larguée, Kevin, beau gosse plutôt bêta héros d'une série de téléréalité pitoyable. Cet anniversaire est l'occasion pour eux de prendre de grandes décisions pour tenter d'en finir avec leurs frustrations. On apprend que seuls Kevin et Kate sont jumeaux biologiques. Randall quant à lui est venu remplacer le triplé morts né, adopté le jour même alors que ses parents, deux artistes magnifiques et toxicos venaient tout juste de l'abandonner, la mort dans l'âme.

Et cela se voit vite, Randall est certes moins blanc que ses frères et soeurs mais il est aussi bien plus intelligent, voire surdoué, et donc promis à un avenir plus brillant et en apparence équilibré que celui de son frère et de sa soeur. Il décide de retrouver son père biologique pour essayer de rassembler les morceaux du puzzle. Kate et Kevin quant à eux sont hyper fusionnels et tout cela est donc un peu compliqué.


Cette série américaine allie suspense, émotions, et ratisse large en bon drame familial populaire : le deuil, l'adoption, la rivalité au sein d'une fratrie, la difficulté d'élever ses enfants (pour des parents abandonannts, pour des parents blancs qui élèvent trois enfants du même âge :  un enfant noir -  subissant le jugement de leurs congénères - une enfant grassouillette, un gamin colérique et jaloux),  la longévité des sentiments dans un couple, le mal être, la maladie, la mort imminente....(personne n'est homosexuel, les scénaristes ont dû oublier d'en parler ou alors cela aurait fait un peu trop).

La narration déconstruite nous amène peu à peu à glaner quelques indices ici et là pour enfin comprendre ce qui lie ces individus que rien ne semble rassembler au tout début de la série, malgré un esprit de clan savamment entretenu par un père un peu dépassé par les évènements. 

On se laisse amener par ce This is us, mais on n'arrive toujours pas à savoir auquel de ces personnages on s'identifierait.... (Kate probablement, et vous ?)

Allez hop ce soir c'est décidé une petite série et au lit. D'ici là  bonne journée à tous !

(Photos : Nbc, sens critique, helo giggles et etonline)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire