31 juil. 2017

Qu'est-ce qu'on lit pour les vacances ?


Qui lit quoi en ce moment ? Et qu'allez-vous emporter dans vos valises ? Voici un aperçu de ce qu'on a lu, qu'on lit et qu'on va bientôt lire. On attend vos coups de cœur et vos recommandations !

Glaçant
Il semble que la série adaptée du roman soit un petit chef-d'œuvre... Avant de s'y mettre, on découvre ce livre publié 1985 et réédité pour l'occasion avec l'excellente Elisabeth Moss (héroïne de la série TV, découverte dans Mad Men et dans Top of the Lake). Nous voici dans une dystopie régie par des lois ultra-conservatrices, où les femmes ne disposent plus de leur corps, sont privées de leur nom, de leur liberté de parole, et doivent se camoufler sous d'amples vêtements qui ne dévoilent rien... Le livre est aujourd'hui brandi comme un manuel de résistance aux Etats-Unis. Mais ce qui rend ici le récit plus glaçant encore, ce sont les souvenirs d'avant, mariée, mère, insouciante, qui assaillent l'héroïne. Un livre (on a presque envie d'écrire témoignage !), assez bouleversant, à lire.
La servante écarlate de Margaret Atwood, traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Sylviane Rue, Pavillons Poche, 11,50 €.

Envoûtant
Recommandé par de nombreux libraires, ce roman qui vient de paraître en France a pourtant plus de 20 ans d'âge. Publié en 1995, il raconte comment, dans une Californie post-apocalyptique (mais on ne saura jamais vraiment ce qui s'est passé), deux sœurs et leur père vivent reclus dans une maison perdue dans les bois. L'une rêve de danser pour le ballet de San Francisco, l'autre d'intégrer Harvard. En attendant que le monde redevienne comme avant, elles doivent apprendre à survivre, physiquement et psychologiquement. Dense, très intense, ce roman repousse les limites et surprend constamment ; l'atmosphère très particulière, entre le conte de fées et le film d'angoisse, se révèle aussi puissante qu'envahissante. Une des lectures les plus secouantes de ces derniers mois...
Dans la forêt de Jean Hegland, trad. de l'anglais (Etats-Unis) par Josette Chicheportiche, Éditions Gallmeister, 23,50 €.

Féroce
Un classique pour se replonger dans le temps jadis. Et pourtant, Maupassant, comme beaucoup d'auteurs classiques, n'a pas pris une ride. Ses évocations de la Normandie (qui pourrait être n'importe quelle autre région, à n'importe quelle époque) peuplée portraits de bourgeois hypocrites et de prostituées généreuses, sont aussi vivantes et modernes que cruelles. Superbe conteur, féroce et fin analyste des rapports humains, Maupassant est si agréable et facile à lire qu'on peut même le passer à ses grands ados.
Boule de suif et La Maison Tellier de Guy de Maupassant, dispo gratuitement en version numérique (merci Sandra pour la suggestion !)

Salvateur
Quand on (parent) n'en peut plus, qu'on a envie de bâillonner ses enfants ou de les expédier dans un pensionnat à l'autre bout du monde, ce livre de deux psys américaines très célèbres, donne des clés concrètes pour trouver des solutions "bienveillantes" pour vivre en harmonie, ou presque.
How to talk so kids will listen & listen so kids will talk, d'Adele Faber et Elaine Mazlich, Editions Scribner, 9,99 € en version numérique.

Addictif
Ce polar est sorti en 2015 chez Scrinéo, qui publie apparemment d'excellentes séries pour ados. Marc, un jeune juge d'instruction enquête sur plusieurs meurtres de jeunes femmes liées à la pègre dans le sud, du côté de Nîmes. Même si le héros est parfois trop parfait, ce jeu de piste autour du langage des fleurs se savoure d'une traite. Non seulement parce que l'enquête est assez palpitante, mais aussi et surtout parce que l'humain est au cœur de l'intrigue. Déminant les clichés, les auteurs parlent aussi d'échec, de couple, de lassitude, de mort, de paternité... Très efficace, très bon !
La prétendue innocence des fleurs d'Hervé de Moras et Franck Calderon, Editions Scrinéo, et Livre de Poche, 7,30 €.

Avant-première
Bientôt disponible (il sortira le 17 août), le nouveau roman de Marc Dugain touche à l'une des plus fortes obsessions de l'auteur de La malédiction d'Edgar et de La chambre des officiers : Bobby Kennedy. Entremêlant la fiction à la réalité, ce récit paranoïaque est captivant, foisonnant (au point de buter sur certaines phrases). On a envie de le dévorer, on est obligé de le savourer. Brillant !
Petite parenthèse : Marc Dugain semble avoir tout compris à la vie.
Ils vont tuer Robert Kennedy de Marc Dugain, Editions Gallimard, 400 p., 22,50 €.

Glaçant (bis)
Recommandé dans les écoles de journalisme, ce document, épais comme le bottin, raconte l'affaire du Petit Grégory, mais vue de l'intérieur. L'auteure, toute jeune journaliste pour Europe 1 au moment des faits n'épargne ni ses collègues ni elle-même. Pas encore lu, sur la wish-list, l'affaire des années 80 n'en finissant pas de rebondir.
Le bûcher des innocents de Laurence Lacour, Les Arênes, 500 p., 15 €.

Zennnnnnnn
Les apprenties yogis perdues sans leurs profs en vacances peuvent approfondir leurs asanas et leurs mantras avec ce bouquin (une Bible, m'ont dit plusieurs enseignants). La fille de Iyengar (fondateur de la plus rigoureuse et plus stricte école de yoga), détaille des postures (photos à l'appui), leurs bienfaits, et explique quelques bases de la philosophie yogique, entre autres choses. Tout semble facile pour elle, rien n'est moins simple pour nous.
Yoga, joyau de la femme de Gita S. Iyengar, éditions Buchet-Chastel, 401 p., 25 €.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire