18 juin 2018

Défi sans plastique, le bilan

Deuxième couac !

Après avoir fait le vœu (pieu mais creux) de tenir un journal de bord sur Instagram de dix jours de #Noplasticchallenge, inspiré par le défi lancé par No Plastic In My Sea, j'ai lâchement abandonné les réseaux sociaux après trois jours (!). Mais le défi, lui, a continué.


Jour 1 : Le plastique est fourbe : il se niche partout ! Exemple : je commande une Badoit fines bulles - sans paille au café en pensant avoir choisi la meilleure option. Le verre est consigné, au pire il sera recyclé. Pas de chance, la bouteille était recouverte d'un film plastique. Non recyclable, bien sûr.



Jour 2 : J'assiste à une soirée Alternatiba. Si le taboulé est délicieux et l'assiette en carton, après avoir été rincée, est allée au compost, les couverts étaient en plastique. Que faire ? Manger avec mes doigts ? J'aurais pu, mais j'ai choisi l'option à l'européenne et j'ai donc accepté les couverts en plastique.

Jour 3 : Chez le primeur, les fraises sont vendues dans une barquette en plastique non recyclable. Après avoir versé les fraises délicatement dans le papier d'emballage, j'ai rendu le plastique au vendeur. Qui resservira, on l'espère.

Jour 4 : J'ai emporté mon tumblr (ou tasse de voyage), ce qui m'a permis de me faire servir un latte du MacDo (là, on sent la déception poindre) sans passer par la case gobelet jetable. Petite victoire.

Jour 5 : Pique-nique de sortie scolaire. Là encore, j'ai rempli mon mug de Maté et mon contenant isotherme de riz-lentilles-tomates très, très appétissant. J'avais également ma fourchette et une serviette de table. Faute, je n'ai pas pu résister et ai tapé dans les chips de ma voisine. Emballées dans du plastique.

Café maison, haro sur les capsules !

Jour 6 : Promenade quotidienne du chien. Là, ça se corse. Ramasser les crottes de son toutou avec du papier journal ? Je n'ai pas osé. En revanche, j'ai recyclé tous les sachets plastiques qui me tombent sous la main : des sacs de congélation sales, les sachets "biodégradables" des grandes surfaces, les emballages de légumes surgelés. Pas génial, mais ça leur permet de vivre une deuxième existence. Et c'est toujours un sac du canisite en moins.

Jour 7 : Le goûter de l'école des enfants a été repensé. Il y a toujours la briquette de jus de fruit : recyclable sauf la paille. La compote en gourde a été parfois remplacée par un fruit (banane, fraises ou cerises). Et pas de gâteaux sous plastique (en général, on n'en a pas), mais un gâteau marbré qui a fait toute la semaine. Il faudra donc penser à mettre le jus de fruit dans leur gourde, et proposer de vrais fruits (bananes, raisin, cerises) plus souvent.

Jour 8 : Dîner chez une amie, qui a sorti de vraies serviette de table, blanches, en coton. Plus par souci esthétique que conviction environnementale. Tout le monde, autour de la table, écolo ou non, a relevé le geste et apprécié de s'essuyer la bouche dans un vrai tissu épais, ancien et même brodé ! On en trouve plein dans les vide-greniers, pourquoi se priver ?

Jour 9 : A la salle de bain, on s'est servi d'un shampoing solide acheté il y a plusieurs mois, sans emballage. Et un savon, vendu lui avec son papier. En revanche, les fleurs de douche étaient bien en pur plastique... A revoir, et remplacer par le gants de toilette ou une brosse douce.

Yaourts maison, facile et très peu chronophage

Jou 10 : Promenade sur la plage. Comme à chaque fois, on en profite pour ramasser les déchets qui traînent. C'est devenu un jeu avec les enfants, on découvre des trésors lorsque la mer se retire : une écharpe en cachemire, un ballon de fitness, une balle de baseball... Et en partant, on jette notre sac plein dans la poubelle locale.

Bilan, le plastique est partout ! Et il ne saute pas aux yeux, donc méfiance.
Je retiendrai de ces dix jours qu'avant d'acheter, on ferait bien de vérifier s'il n'existe pas une alternative recyclable ou compostable. Ce n'est pas si compliqué de demander "sans paille" dans un bar. Acheter d'occasion, c'est toujours mieux.

Prochain défi : le défi zéro conso. Certains font ça très bien ! (mais ici, nous ne sommes pas prêts...)

(Photos : Sunday Morning)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire