19 mai 2014

Paris vs New York

Illustration : Vahram Muratyan


Peut-être avez vous lu cet article du New York Mag ?

Les Américains adorent recenser les choses qui surprennent les Américains à Paris et vice-versa. C'est assez bien vu dans l'ensemble, mais j'apporterais quelques bémols…


- Les Parisiens ne se promènent pas en survêtement, sauf s'ils doivent faire du sport. C'était vrai et ça l'est de moins en moins ! Surtout en s'éloignant de Saint-Germain des prés (que les touristes considèrent souvent comme représentatif de Paris)… La légendaire élégance des Parisiens-Parisiennes est très surfaite. On aurait quelques leçons à recevoir des Romains et des Florentins…

- Les Français tapent leurs enfants. Disons qu'ils ne sont pas contre une bonne fessée de temps en temps… Ah le mythe des Français autoritaires qui dressent leurs enfants pour en faire de parfaits adultes miniatures ! Ce cliché a fait long feu lui aussi ; rarement vous verrez un "bobo" (ainsi présenté dans l'article) s'énerver publiquement contre son enfant.

- Les Parisiens ne parlent pas aux étrangers. C'est souvent vrai et pire que ça, ils les bousculent et les engueulent ! Laure a récemment vu à l'aéroport une Indienne débarquant pour la première fois à Paris se faire hurler dessus - en français bien sûr -  dans la file de taxis parce qu'elle avait trop de bagages. Welcome to Paris !

- Les New-Yorkais boivent du café en marchant. Mais les Français (surtout des femmes) font exactement la même chose grâce à de formidables mugs isothermes (on en trouve même chez Picard) et aux multiples Starbucks qui ont ouvert dans la capitale. Un porte-gobelet pour la poussette ? Le rêve ! Et pour le vélo ? Damned, ça existe. Je le veux !

Enfin, je n'ai JAMAIS compris pourquoi les étrangers (surtout Américains et Japonais) continuaient à tant embellir Paris. Le Paris d'antant, romantique, charmant, intellectuel, bouillonnant… Mais ce Paris n'existe plus ! La ville peut être merveilleuse sous le soleil, ou les soirs d'été, lorsqu'on la parcourt en vélo ou scooter. Elle peut être magique lorsqu'on franchit un pont de la Seine (on est alors saisi par sa beauté !), mais m'imaginer débarquer d'un pays lointain et découvrir Paris pour la première fois ? La déception doit être à la hauteur du fantasme



Aucun commentaire:

Publier un commentaire