6 oct. 2015

Farewell, Mankell


Vous est-il arrivé d'inviter, au cœur de votre famille, des personnages de fiction ? Vous les suivez,vous aimez prendre de leurs nouvelles et vous n'imaginez pas une seconde que leurs aventures puissent s'arrêter. N'est-ce pas le signe d'une grande œuvre, pas de celles qu'on étudie nécessairement à l'université, mais dont le succès dépasse la fiction et pénètre notre sphère intime ?

J'ai lu récemment que Chirac avait, au début des années 2000, écrit une lettre à Erik Orsenna pour accorder à son héroïne de papier, Madame Bâ, un visa de séjour ! Le New York Times avait aussi publié une nécrologie pour annoncer a la mort d'Hercule Poirot

Y aura-t-il une nécro Kurt Wallander ? Sûrement pas, mais on le souhaiterait ! Au fil des romans, le flic-ours de Scanie est devenu un membre à part entière de la famille. Un oncle bougon, mais dont le regard distancié et l'analyse froide offrait de la société suédoise une image moins idyllique que celle que l'on pouvait imaginer vu de France. Avec la disparition d'Hennig Mankell le 5 octobre, son géniteur, le chapitre Kurt est définitivement clôt. Restent le fil de sa vie que l'on dessine au fil des parutions. La jeunesse célibataire, le mariage, la naissace de sa fille, le divorce, la maladie du père… On aurait aimé voir la dynastie se prolonger un peu, sa fille reprendre le flambeau, il n'en sera rien.

De Mankell on retiendra également Les chaussures italiennes, un récit bouleversant, des romans africains, des pièces de théâtre. L'une d'entre elles, Politik, jouée à Quais du Polar est à redécouvrir en podcast. Mankell avait de multiples visages. Il était le gendre d'Ingmar Bergman. Et un homme engagé aux côtés de la Palestine.

On continuera à faire tourner ses livres, et on regardera la série tirée de la saga Wallander, avec Kenneth Branagh dans le rôle principal. Réalisation soignée, ambiance fidèle aux romans, distribution parfaite. Une série qui ne gâche pas les romans, c'est rare.




(Photos Wiki Commons et Kenneth Branagh en Wallander, BBC)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire