11 mai 2016

Minute sérivore : The night manager


Bonjour à tous. Vous le savez maintenant fort bien, on est toujours à l'affût d'une bonne petite série à nous mettre sous la dent. C'est le festival Séries Mania dont on vous parlait ici, qui nous a mis sur la voie de ce Night Manager là. Cette mini série américano british (6 épisodes) démarre en plein printemps arabe, on découvre un Jonathan Pine tiré à quatre épingles et terriblement dévoué dans son rôle de manager de nuit d'un hôtel de luxe au Caire.


Ancien soldat de l'armée britannique,  il croise la route d'une belle ténébreuse fort malheureuse incarnée par Aure Atika. Elle est la maîtresse d'un homme de pouvoir sans foi ni loi qui fait du business sale avec Richard Roper, trafiquant d'armes de haute voltige (un Hugh Laurie glaçant) ; elle tente de le faire tomber en remettant des documents top secrets à un Pine envoûté. Elle ne fera pas long feu, et l'insoupçonnable Pine fera tout pour la venger, en devenant agent secret infiltré, puis rapidement bras droit de Roper.

Adaptée d'un roman de John le Carré, cette série aux ficelles un peu évidentes et au scénario assez convenu, nous a cependant bien transportées. Les images sont belles (des paysages à tomber), Tom Hiddleston - Jonathan Pine est splendide avec ses faux airs de James Bond, son personnage caméléon bien incarné et Olivia Colman (vue dans Broadchurch) est formidable en vraie dure à cuire. La  froideur des personnages alliée à la cruauté des relations humaines basées sur la manipulation et sur la domination de l'autre, est saisissante. Le malaise ambiant est palpable derrière une atmosphère où en apparence, tout n'est que luxe, calme et volupté.


Un bon thriller qu'on vous recommande donc et des métiers qu'on vous déconseille fortement si vous envisagez de vous reconvertir (night manager, agent secret, trafiquant d'arme ou maîtresse d'un homme puissant). Alors aujourd'hui savourez donc votre occupation actuelle et à l'occasion laissez vous emmener loin d'ici par  The Night Manager.

(Photos : Independent.co.uk, Huffington post, BBC)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire